Adam Starkie

Clarinette - direction artistique

photo: Patrick Lambin

Clarinettiste d’origine anglaise, Adam Starkie se produit principalement en tant que soliste et chambriste dans un répertoire divers et avec une affection particulière pour le répertoire contemporain.
Après un Bachelor of Music à l’Université de Leeds (Angleterre) auprès de Dov Goldberg, Adam intègre la classe d’Armand Angster au Conservatoire de Strasbourg. Il y obtient un diplôme de perfectionnement, un diplôme de spécialisation (répertoire contemporain), sa médaille d’or en clarinette basse avant de finaliser son cursus par un master d’interprétation musicale à l’Académie Supérieure de Musique de Strasbourg/Haute École des Arts du Rhin en 2011. Il a suivi des masterclass avec les solistes internationaux Colin Bradbury (BBC Philharmonic) et Cristo Barrios.
Il collabore régulièrement avec des ensembles (Ensemble Linea, Accroche Note, l’Ensemble de l’Ill, Ensemble Zellig, l’ensemble l’imaginaire, El Perro Andaluz) avec qui il a fait des créations dans des festivals et salles de concert à travers l’Europe, en Asie et en Amérique du Nord. Il apprécie surtout de travailler avec les compositeurs et a eu l’occasion de bénéficier des conseils de Helmut Lachenmann, Mark André, Luis de Pablo, Doina Rotaru, Aurélien Dumont, Ivan Fedele, Frédéric Durieux, Gualtiero Dazzi, Sohrab Uduman, Daniele Bravi parmi d’autres.
Adam est co-fondateur/directeur artistique du collectif lovemusic. Le collectif s’est produit au Japon, en Angleterre, en Allemagne, au Mexique et en France. lovemusic s’engage à explorer tous les répertoires avec un travail important en collaboration avec des compositeurs d’aujourd’hui qui complète une programmation qui offre un point de vue original du présent.
Toujours intéressé de diversifier son activité Adam joue également au sein de formations pluridisciplinaires. Avec les ensembles 2.2 il participe à monter une installation sonore pour l’artiste Zahra Poonawala qui a été exposée à Tourcoing, Bruxelles, Barcelone, Strasbourg et Vilnius. Adam collabore aussi avec la conteuse Betty Leporini avec qui il a fait deux tournées des contes en musique pour jeune public.

Emiliano Gavito

Flûte - direction artistique

photo: Lou Rachmuhl

Toujours intéressé par les arts scéniques, Emiliano se consacre depuis très jeune à la musique et à la danse. Il a obtenu sa Licence en flûte à l'Ecole Supérieur de Musique à Mexico et un diplôme de musique de chambre au Centre National des Arts à Mexico. En parallèle il poursuit ses études de danse classique et contemporaine tout en s'expriment au sein de diverses compagnies de danse contemporaine dans des nombreux festivals internationaux. Son intérêt particulier pour l'interaction entre les arts l’incite à suivre l’atelier de création interdisciplinaire (musique-théâtre-danse) de la Gildhall School of Music and Drama de Londres, une expérience qui lui mène à s'investir sérieusement dans la recherche sur les frontières entre ces trois disciplines.
En France, il  obtient au Conservatoire de Strasbourg le diplôme de flûte (classe de Mario Caroli), le diplôme de perfectionnement et le diplôme de concert en musique de chambre (classe de Martin Gester et Armand Angster) ainsi que son Diplôme d’Etudes Chorégraphiques. Grace a un intérêt particulier pour les pratiques chorégraphiques et musicales du XVII et XVIII siècles et leurs parallèles avec les pratiques modernes il a obtenu le diplôme en  traverso (avec Nancy Hadden) ainsi  qu’une formation en danse baroque.
Titulaire du Diplôme d’État en enseignement spécialisé de la musique il réalise une importante activité pédagogique en Alsace.
Constamment à la recherche des nouveaux horizons, Emiliano a une vaste activité dans divers spectacles et concerts à Mexico, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Royaume-Uni et en France, se faisant particulièrement l'interprète de jeunes créateurs. 
Le fait d'avoir travaillé avec artistes de différentes disciplines et esthétiques, lui a permis d’avoir une ouverture et un enrichissement exceptionnelles. Actuellement, il se produit au sein de plusieurs ensembles et notamment en créant lovemusic avec le clarinettiste Adam Starkie avec qui il a une constante activité dans la création de nouveau répertoire tout en concevant des projets qui stimulent une approche différente du public à la musique de nos jours.

Winnie Huang

violon/alto

photo: Mathilde Blum

Winnie Huang est une violoniste et altiste chinoise- australienne actuellement basée à Strasbourg, France. Cette artiste interprète passionné de musique contemporaine est membre fondateur et violoniste solo de l’ensemble de musique contemporaine, soundinitiative, basé à Paris. Elle a joué et travaille avec des ensembles européens tels que l'Ensemble Linea, Lucilin Ensemble, ensemble Fantasia, Ensemble de L'Ill, MAM, et ensemble australien Argonaut Ensemble. Winnie s’est produite en Australie, en Europe et en Asie en tant que soloist, chambriste et musicienne d'orchestre notamment dans laThailand Phiharmonic Orchestra et Royal Melbourne Philharmonic. Elle travaille régulièrement avec des compositeurs tel que Bernhard Lang, Raphel Cendo, Alberto Posadas, Alexander Schubert, Mauro Lanza, Santiago Diez-Fischer, Peter Ablinger, Joanna Bailie, Mauricio Pauly, Chris Swithinbank, Jessie Marino, François Rossé et Georges Aperghis, dans des festivals tels que Musica (France), Bludenzer Tage zeitgemäßer Musik (Austria), Lucerne Festival et Lucerne Easter Festival (Switzerland), Klang Festival (Denmark), BIFEM (Australia), Brisbane Festival (Australia), Ars Musica (Belgium), Festival Sons d'Automne (France), Internationale Ferienkurse für Neue Musik à Darmstadt (Germany), Festival of Slow Music (Australia), Rendez- vous Contemporains(France)...

Léa Trommenschlager

voix

photo: Sébastien Moullier

Léa Trommenschlager obtient ses diplômes au Conservatoire de Strasbourg auprès d'Henrik Siffert et Françoise Kubler ainsi qu'à la Musikhochschule Hanns Eisler de Berlin avec Norma Sharp. Elle reçoit également les conseils de Claudia Solal, J.Chuilon, D. Fischer-Dieskau, C. Schäfer, D.Upshaw et I. Bostridge. 
En 2011, elle est lauréate de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence. 
A l’opéra, on a pu l’entendre dans l'opéra d'A. Lavandier « De la Terreur des Hommes » créé à Paris avec l'Ensemble Le Balcon, ainsi qu’en Cleopatra de « Giulio Cesare » de Haendel à Berlin. En 2012, Léa poursuit la tournée du spectacle « Cher Erik Satie », mis en scène par Jean Bellorini. En 2013, elle chante dans « Wie man findet, was man nicht sucht » de Leah Muir à la Tischlerei du Deutsche Oper de Berlin -mes M. Höppner- ainsi que le rôle-titre dans « Ariane à Naxos » de Strauss au Théâtre de l’Athénée à Paris –mes B. Lazar-, avec Le Balcon, direction Maxime Pascal, puis chante Fiordiligi dans « Cosi fan Tutte » -mes Margita Zalite, à la Tischlerei du Deutsche Oper Berlin. 
En 2013, elle intègre la production « Doppelgänger » -mes D. Marton- créée au Schauspiel Stuttgart. À l'été 2014, Léa est invitée à se produire en récital aux festivals d’Aldeburgh, au Samuel Beckett - Happy Days Festival avec le pianiste Julius Drake et au Festival d'Aix-en-Provence où elle chante notamment les Vier Letzte Lieder de Strauss sous la direction d'Alain Altinoglu. 

Dans les répertoires de la mélodie et du Lied, elle a le plaisir de travailler avec les pianistes Alphonse Cemin, Alexander Fleischer, Elizabete Šīrante et Jonathan Ware. Au printemps 2015 paraît son premier enregistrement avec le label B Records du cycle « Myrthen » de Schumann, avec la complicité du baryton-basse Damien Pass et du pianiste Alphonse Cemin.

Récemment, on a pu entendre la soprano à l'Opéra de Lille, au Théâtre de l'Athénée à Paris, à la Konzerthaus de Berlin, à La Folle Journée de Nantes, au Théâtre du Châtelet, au Théâtre des Salins à Martigues, au Schauspiel de Stuttgart, à La Criée à Marseille ainsi qu’au Tchekhov Festival de Moscou.
Après une tournée en Allemagne ce printemps, où elle interprétait la IVe symphonie de Mahler sous la baguette de J. Klumpp, Léa Trommenschlager enregistre l’opéra radiophonique « Opus Magnus » du compositeur Manuel Durão avec l’ensemble Podium. 
Cette saison, après ses débuts à l’Opéra de Lille pour la création de l’opéra  «Le Premier Meurtre » d’Arthur Lavandier, on retrouvera la soprano à Salzbourg pour « Jakob Lenz », opéra de W. Rihm, puis dans une création avec le guitariste-compositeur Marc Ducret, mais également en récital avec Alphonse Cemin au Théâtre Impérial de Compiègne. Léa chantera sous la baguette de Vincent Dumestre avec le Poème Harmonique dans l’opéra « Il Terremoto » de Draghi à Cracovie ainsi que dans l’opéra-chorégraphique « Initio » de T. Julien et P. Garcia-Velasquez au Théâtre national de Chaillot.

Christian Lozano

guitare

photo: Adam Starkie

Né à Mexico en 1980, Christian Lozano a obtenu sa licence en interprétation en guitare classique à l’Ecole Supérieur de Music de l’Institut National de Beaux Arts du Mexique avec Leticia Alba. Il a ensuite continué ses études avec Carlos Laguna.

En 2006 il est parti poursuivre ses études dans la Musik Akademie Basel, en Suisse, oui il a obtenu le Konzertdiplom avec le guitariste Pablo Marquez, ainsi qu’un Master en Enseignement de la Musique .

Il se produit dans plusieurs festivals et salles de concert au Mexique, en France, en Allemagne, en Suisse et au Paraguay. Il a fait la création au Paraguay, en 2006, du renommé Concierto del Sur de Manuel M. Ponce avec l’Orchestre Symphonique d’Asuncion.

Christian est actuellement professeur de guitare à la Musikschule Riehen, en Suisse. 

Vincent Lhermet

accordéon

photo: ©Jean-Baptiste Millot

Diplômé de l’Académie Sibelius d’Helsinki (classe de Matti Rantanen), du CNSM de Paris et de l’Univeristé de Paris- Sorbonne, Vincent Lhermet est le premier accordéoniste titulaire d'un doctorat d'interprète en France après avoir réalisé une recherche sous la direction de Laurent Cugny et de Bruno Mantovani.

Lauréat de la Fondation d’entreprise Banque Populaire, il s’est distingué à de nombreuses reprises sur la scène internationale en remportant à 19 ans le Concours International d’Arrasate- Hiria en Espagne en 2006 et en se classant finaliste au Concours International « Gaudeamus Interpreters » d’Amsterdam en 2011.

Vincent Lhermet se produit dans le monde entier en soliste, avec orchestres et ensembles. Passionné de musique contemporaine, il se produit dans de nombreux festivals (Musica Nova, Musiques Démesurées, Rencontres Contemporaines, le Printemps des Arts de Monte Carlo, le Festival Radio-France de Montpellier, Schwetzinger Festspiele...) aux côtés du percussioniste Brian Archinal, de l’altiste Gérard Caussé, de la violiste Marianne Muller, du clarinettiste Michel Portal et œuvre à l’enrichissement du répertoire de l’accordéon en collaborant avec des compositeurs tels que Franck Bedrossian, Tomas Bordalejo, Frédéric Durieux, Francesco Filidei, Philippe Hersant, Martin Iddon, Martin Matalon, Florent Motsch, Matti Murto, François Narboni, Annette Schlünz, Miroslav Srnka, Jukka Tiensuu...

Victor Hocquet

percussions

photo: ©  Tony Trichanh

Percussionniste de formation, Victor obtient en 2011 son Diplôme d’Études Musicale au CRD de Charleville-Mézières. Un an plus tard, à l’âge de 18 ans, il intègre la Haute École des Arts du Rhin à Strasbourg où il travaille avec Emmanuel Séjourné, Stephan Fougeroux et Denis Riedinger. Il y rencontre de nombreux musiciens talentueux et se perfectionne dans la pratique des percussions au travers de concerts solo, en musique de chambre ou en orchestre. Il obtient sa licence en 2015 et poursuit par la suite ses études en master d’Interprétation Musicale au sein du même établissement.

Parallèlement très impliqué dans la pédagogie, Victor Hocquet obtient son Diplôme d’État d’enseignant artistique en 2016, ce qui lui permet d’enseigner au sein de plusieurs structures locales. Progressivement, il se dirige vers l’interprétation du répertoire contemporain, seul ou en ensemble, et collabore fréquemment avec plusieurs formations (Ensemble Linea, Ensemble HANATSU miroir, Nishi Duo, trio a/Z…) qui lui permettent de travailler en étroite collaboration avec des compositeurs de renom tels que Helmut Lachenmann, Raphaël Cendo, Aurélien Dumont, Martin Matalon, Alberto Posadas, Philippe Manoury, Francesco Filidei ou encore György Kurtag.

Guido Pedicone

electronique

 

photo: © Tony Trichanh

Mathilde Melero

scénographie

Scénographe et auteure aux envies pluridisciplinaires, Mathilde Melero regarde l’espace au travers du prisme de la parole, qu’elle soit textuelle, musicale ou corporelle.Formée à la Haute École des Arts du Rhin, elle renforce ses connaissances techniques à l’Opéra Bastille et à l’Opéra du Rhin ainsi que dans les théâtre strasbourgeois (Maillon, Taps, Tjp, Artus).
Du conte à la comédie musicale en passant par l'opéra, elle aime travailler sur différents registres, pourvu que s’y échangent les «paroles» artistiques.
Avec onze autres auteurs-scénographes, elle forme en 2015 le collectif SCENOPOLIS; cabinet de scénographes portant les créations collectives et individuelles au sein d'un Festival. En 2016 elle fonde la compagnie LUMEN Fabrique avec deux autres artistes: une fabrique à spectacles tout public axés vers la lumière et du conte.

Clément Debras

scénographie

Diplomé en scénographie à la HEAR. Il cultive une pratique plastique où se côtoient picturalité et spatialité, en envisageant l’expérience de spectateur comme une êmancipation. Son travail sur l’émergence et le paysage s’est enrichie à l’occasion du Lac des Signes et du Visage d’Orphée, projets scénographiques présentés à la HEAR en 2013 et 2014, où s’est développé son envie de fondre sa pratique plastique et la temporalité du vivant, ce au sein d’un espace aux registres sémantiques et esthétiques pluriels. Par ailleurs il entretient une pratique de danseur classique et contemporain qui l’a amené à travailler en tant que professionnel notamment à l’Opéra du Rhin. Cette pratique gestuelle résonne dans ses expérimentations graphiques, notamment en grand format, ainsi que dans des performances chorégraphiées telles que Sema, présentée en 2013 à la HEAR.